jeudi 16 avril 2020

Sur une application du principe d'Equité.

Le principe d’équité ou epikeia ; que nous exposions dans notre souhait de voir chaque chrétien, - et selon son état -, agir et prier en faveur des victimes, lorsque les sacrements ne peuvent être administrés :https://www.fichier-pdf.fr/2020/04/11/fichier-pdf-sans-nom-1/? ; trouve une application  au sein du Patriarcat de Moscou  9https://orthodoxie.com/patriarcat-de-moscou-au-sujet-de-la-benediction-des-paskhas-et-des-koulitchs/?goal=0_9357f9bbb5-3cd09fdfd5-54679795&mc_cid=3cd09fdfd5&mc_eid=58454b276 en faveur des fidèles, certes, dans un cadre très particulier des traditions pascales, sans être un écho à notre vœu.
Qu’il me soit permis de réitérer ma demande, que celle-ci puisse être reprise par tous les Papes et Patriarches d’Orient et d’Occident, alors notre Ecclésia  sera Une dans l’Amour, comme le Père et le Fils son Un avec l’Esprit Saint.


JPB

samedi 11 avril 2020

Qui interviendra pour ceux qui nous quittent sans cérémonie religieuse ? Texte révisé

Les ecclésiastiques confinés et les églises fermées, ces dispositions choisies par un état socialiste et qui ne choquent pas une Eglise qui a perdu la Foi, m’invitent à demander à tous les prêtres, tous les religieux, tous les chrétiens qui croient encore dans la Grâce et la Communion des Saints, de suppléer à cette absence des sacrements, par la Prière et selon leur état, en faveur de ceux qui quittent notre plan visible, vers un plus outre qui n’est ni le rien, ni le sommeil du juste… Que des Sacrements soient accomplis en pensant et en faveur de ces êtres appelés à poursuivre leur cheminement autrement, ils ont tellement besoin de prière : https://www.academia.edu/37479982/Des_mains_qui_br%C3%BBlent_-_Revue_Psi_International_N_8.pdf Lorsqu’il ne s’agit pas de baptiser les morts en prenant à la lettre les propos de l’Apôtre : https://www.academia.edu/37047527/Convient-il_de_baptiser_les_morts_docx.pdf Le principe d’équité ou epikeia, face à la situation présente, permet qu’un Sacrement puisse s’accomplir hors la présence du « bénéficiaire », lorsque la présence peut être de fait, mais l’Eglise croit-elle encore à la présence des anges, des désincarnés, des saints et des martyrs, lorsqu’elle a abandonné la « messe basse » où le prêtre chaque jour célébrait les Saints Mystères tout en étant seul visiblement, mais en compagnie des anges, des saints des martyres, parce qu’il y avait cette Foi dans la Verticalité du Mystère entre Dieu et le célébrant. Foi perdue au profit d’une horizontalité, d’un célébrant qui ne tire plus les fidèles vers la Grâce, du fait de cette horizontalité– dans l’idée d’un partage entre l’ecclésiastique et les fidèles -, et cette horizontalité se rapproche plutôt de la communion à la Présence Spirituelle, altérant la conscience et le Mystère de la Communion à la Présence Réelle. Qu’importe le Rit, le plus important sont la Prière et les Bonnes Actions, que celui qui prie, selon son état, agisse en associant tous ces êtres qui changent de plan sans l’aide des sacrements, - Que le prêtre communie aussi au nom de ces personnes, - Que le célébrant – en pensant à ces personnes – implore NSJ+C de les laver de tous leurs péchés, - Que le chrétien prie et s’engage, - s’il est possible dans son cœur et auprès de Dieu -, à combattre un défaut, ou accomplir telle action, pendant le temps qu’il aura choisi, mais qu’il soit reconnu fidèle à cet engagement, cela participe de la monnaie du Christ qu’évoque l’Apôtre (Col. I, 24) et que la Tradition de l’Eglise nomme Grâces surérogatoires. Ne l’oublions pas, Dieu n’a pas créé la mort (Sag. I, 13) Jean-Pierre BONNEROT