vendredi 13 novembre 2020

Comment maintenir l'instruction religieuse et le culte public ?

La lecture proposée par les intervenants de la décision du Conseil d' Etat leur est très personnelle et la philosophie du régime socialiste actuel que rapporte ledit Conseil ne me semble pas dire par les conclusions exposées dans la dite décision, ce qui est présentement suggéré. En effet, on pourra applaudir à l'analyse préalable offerte du Droit à pratiquer sa religion, mais il n'échera pas de prendre cette première partie de l'examen de la décision finalement rendue, comme une autorisation de pratiquer les Sacrements. Si l'on veut bien lire les raisons qui seront , en suite, déclarées faire obstacle à la liberté de culte, raisons qui d'une part ne sauraient prospérer dès lors qu'elles se heurtent à l'autorisation en revanche accordée aux usagers des métros, bus et trans d'utiliser ces services, et que d'autre part l'avance de ce mauvais prétexte ne saurait encore être retenu au motif que les conditions d'hygiène et de sécurité sanitaire ne peuvent se comparer entre un lieu de culte offrant toutes les garanties de respect des consignes posées, et par exemple un métro qui n'offre aucune garantie bien au contraire et qui constitue un lieu privilégié pour l'éventuelle contamination.Il ressort de la conclusion de cette décision - très jésuitique si j'ose dire - qu'en définitive le culte public est bien interdit.

JPB

Aucun commentaire:

Publier un commentaire